Compagnies émergentes

Shantala, De l'âme à la vague © Niko Rodamel

Dans le cadre de sa politique de soutien aux pratiques émergentes du spectacle vivant, la Ville de Saint-Étienne signe chaque année des conventions avec de jeunes compagnies professionnelles, dans le but de les accompagner dans le développement de leurs activités artistiques et dans la structuration de leur association.

Ces compagnies bénéficient d'une place spécifique au sein de la Comète : elles sont associées de près au projet artistique de l'établissement, notamment à l'ensemble de ses actions d'éducation artistique et culturelle, et bénéficient de facilités d'accès aux salles de répétition et de spectacle.

Britannicus / Cie Parole en Acte, photo : Seghir Zouaoui

Parole en Acte
Compagnie de théâtre conventionnée à l’émergence de 2019 à 2022


« Le corps du poème »

C’est ainsi que l’on pourrait résumer la recherche de la compagnie Parole en Acte.

Atteindre l’endroit où les corps vibrent tout entier sous l’effet du verbe. Partir du texte à dire. Construire avec ses résonances. Explorer comment elles peuvent faire naître la création lumière, sonore et musicale, appeler la danse et l’image. Que tout naisse des mots. Plonger nos corps dans des dramaturgies diverses : narratives, poétiques, théâtrales, classiques et contemporaines. Aller sentir comment ça parle, comment ça se parle, comment ça parle en nous et de nous, comment ça respire, et respirer mieux au dehors. Nous laisser traverser par la manière dont les poètes façonnent un monde, des mondes, miroirs du nôtre, miroirs déformants pour mieux nous comprendre. Devenir des gymnastes du verbe, tout en rythme, en musicalité, en souffle. Nous rendre perméable au langage, à ce qu’il véhicule d’image, d’énergie, de puissance de vie. Pour donner corps à ce projet autour de la parole, la compagnie puise dans plusieurs traditions de l'acteur, notamment le théâtre baroque. Nous aimons à mélanger les univers, et piochons joyeusement dans l'histoire du théâtre pour toujours interroger la pertinence de sa pratique aujourd'hui. [...]

La compagnie prend en charge de nombreuses sessions de découverte de la pratique théâtrale en milieu scolaire et extrascolaire, à destination de la jeunesse, des jeunes professionnels et des seniors. La création nous rend acteur de notre monde. Nous souhaitons par ces interventions donner à sentir le plaisir d’une pratique artistique collective, joyeuse, exigeante avec chacun à son niveau.
Depuis sa création, la compagnie Parole en Acte poursuit un processus de recherche sur le lien entre les écritures et notre présent par des spectacles, des lectures publiques, des performances, des projets participatifs, des stages…

Site internet : compagnieparoleenacte.com


Vaclav et Thomas, De l'âme à la vague © Niko Rodamel

De l'âme à la vague
Compagnie de théâtre conventionnée à l’émergence de 2021 à 2023


Créée en 2013 autour du projet artistique de Grégory Bonnefont (auteur, metteur en scène et comédien), présidée par Myriam Djemour, la compagnie De l'âme à la vague défend un théâtre poético-politique.

Ancien doctorant en théorie des relations internationales, Grégory Bonnefont affirme que le théâtre est une continuation de la science-politique par d'autres moyens. La compagnie entend donc comprendre et participer à notre société en lui fournissant des matériaux de rencontre et de dialogue à même de créer des émulations politiques. Dès lors, les créations sont souvent interdisciplinaires (collaboration avec le chorégraphe Christophe Gellon de la Cie Voltaïk).

En plus d'être nouvellement compagnie émergente, la Cie De l'âme à la vague est depuis l'année passée et pour encore une saison, une compagnie en résidence au centre culturel de la Ricamarie, scène départementale et régionale pour la prochaine création, Derrière les fronts (adaptation de chroniques psychiatriques de la psychiatre palestinienne Samah Jabr), où Grégory Bonnefont (artiste associé depuis quatre ans) bénéficie de l'accompagnement artistique de Laurent Fréchuret (Théâtre de l'Incendie).

Facebook De l'âme à la vague


Spell Mistake(s) © Garance Li

Spell Mistake(s)
Compagnie de théâtre conventionnée à l’émergence de 2021 à 2023


Maïanne Barthès a fait des études de Lettres Supérieures et de Philosophie. Elle entre à l’École de la Comédie de Saint-Étienne en 2006. En 2008, elle crée la Compagnie United Mégaphone. Elle collabore régulièrement avec la Comédie de Valence de 2014 à 2019 où elle crée deux spectacles tous publics. Elle joue par ailleurs sous la direction d’Anne Courel, Richard Brunel, Maxime Mansion, Vladimir Steyaert...

Maïanne Barthès crée en 2015 la Compagnie Spell Mistake(s) avec le désir de défendre un théâtre politique et d’urgence, et axe son projet sur la collaboration avec des auteurs-trices vivants ou encore dans l’écriture au plateau.

Elle entame un compagnonnage avec Lucie Vérot, autrice . Prouve-le , premier fruit de ce partenariat, questionne la théorie du complot à travers l’histoire de deux collégiens, qui alimentent leur paranoïa vis à vis de leur prof de biologie à l’aide de vidéos youtube (spectacle lauréat du prix célest’1 2020), tandis qu’Antigone Faille Zero Day , explore les formes de résistance et de désobéissance civile liées à internet. Ces deux spectacles présentés en diptyque peuvent raconter les deux facettes d’un outil puissant : internet. 
En 2019, Maïanne Barthès répond à l’invitation de Mbaye Ngom, comédien sénégalais, et le met en scène dans Un étranger , de Moises Mato-Lopez, monologue puissant et sans concessions sur l’exil. Spectacle tout-terrain, prêt à jouer partout (centre sociaux, médiathèques, bars), il a été créé au Théâtre du Point du Jour, dans le cadre de leur saison «Nomades».

La Compagnie aborde ainsi les formes que prennent les résistances aujourd’hui, la place laissée à l’esprit critique, ou aux conditions d’une pensée autonome. Au fil des collaborations avec les auteurs·trices, le besoin d’écrire ses propres spectacles s’est fait plus fort pour Maïanne Barthès ; né de l’envie de mettre en pratique une écriture collective qui fait appel plus directement à l’imaginaire des comédiens, elle invente dans le cadre de ses ateliers, un protocole mêlant récits et flash-backs et impliquant les participants (acteurs, créateurs, techniciens) dans le processus.

Site internet : spellmistakes.com
Facebook : Spell Mistake(s)


La Laverie © RA2-Photographie

La Laverie
Compagnie de théâtre conventionnée à l'émergence de 2019 à 2022


La Laverie crée dans l'espace public des évènements originaux, itinérants et accessibles au plus grand nombre autour des arts de la rue.
Une équipe issue de divers horizons déploie son énergie collective pour créer des terrains de jeu, d'expression et d'expérimentations dans divers quartiers.
Valoriser les créativités de chacun et chacune est la marque de fabrique de La Laverie pour donner vie à des propositions parfois décalées, toujours surprenantes!

Facebook :www.facebook.com/lalaverie.association
Site internet :www.la-laverie.org



Compagnie Minuit © Quentin Crestinu

Minuit
Compagnie de danse contemporaine conventionnée à l'émergence de 2022 à 2025


MINUIT a été créée en 2020 à Saint-Étienne afin de lancer la réalisation des projets chorégraphiques de Pauline Bayard. Stéphanoise d'origine, il est apparu comme une évidence, après avoir terminé ses études de danse, de théâtre et de cinéma à Paris d'installer sa compagnie de danse contemporaine à Saint-Étienne.

Un premier dyptique s’enclenche avec Stabat mater et Rouge [les quatre saisons] :
Stabat mater est une cérémonie contemporaine pour trois interprètes. Cette pièce convoque des fragments des Stabat mater du baroque à l’électronique - de Vivaldi, Pergolesi, Rosano, Pärt & de Witte. C’est une messe, un rituel funéraire, une transe, une séance d’adrénaline collective. 
Rouge [les quatre saisons] se construit à partir des Quatre Saisons (Vivaldi, Richter et une re-création électronique) pour cinq interprètes femmes à différentes étapes de leur vie — de 25 à 82 ans. Il s’agit d’inscrire les métamorphoses liées au temps qui passe - musicales, corporelles, générationnelles - comme enjeux phares de la création.

Ces deux premières pièces travaillent la question du désir, du genre et du temps avec un processus de création qui engendre l’expérimentation et la mise en danger des limites de chacun·e, physiques comme émotionnelles.

Traversée mutuellement par le théâtre et la danse dans son parcours, son désir de se nourrir des outils théâtraux au service de la chorégraphie s’impose pour la réalisation de ses futurs projets. Par ailleurs, passionnée par le cinéma et la photographie, Pauline Bayard souhaite développer un travail chorégraphique que le cinéma et la photographie viennent enrichir au travers de séries photographiques et de films réalisés en écho de ses créations afin de travailler à la mise en scène du corps en mouvement par l’image photographique comme filmique.

Site internet :https://www.paulinebayard.com
Facebook : https://www.facebook.com/paulinebayardprojets
Instagram : https://www.instagram.com/pauline_bayard/

Ce mois-ci…